Réduire notre consommation de CO2 devient urgent !

Make love not CO2 board

Réduire notre consommation de CO2 devient urgent !

Quelques mots sur le rapport du GIEC 2021

Vous n’avez certainement pas pu louper l’information : le 6eme rapport du GIEC, « The Physical Science Basis » , est sorti le 9 août.

Il s’agit d’un premier volet d’un rapport sur le changement climatique composé, au total, de 4 volets. Les prochains concerneront les conséquences, adaptation et vulnérabilité, l’atténuation des changements climatiques et, enfin, le rapport de synthèse. Ils paraitront tous les trois dans le courant de l’année 2022.

Le premier volet du rapport fait l’état des lieux, au niveau scientifique, de trois aspects :

  • L’état du système climatique
  • Les évolutions futures
  • Comment limiter le changement climatique

En résumé, voici quelques points qui ressortent du rapport :

  • Les changements récents et l’état actuel du système climatique ont atteint une ampleur sans précédent depuis plusieurs siècles : chacune des quatre dernières décennies a été successivement plus chaude que la décennie précédente*. L’influence humaine est scientifiquement établie : elle accélère le changement et cela, à grande échelle. Cela amène à une augmentation des phénomènes climatiques extrêmes. Certaines conséquences sont d’ailleurs irréversibles (niveau de la mer, fonte des calottes glaciaires,…).
  • On ne passera pas à côté du réchauffement qui se renforcera d’ailleurs d’ici 2050. A moins de réduire de manière importante les émissions de CO2, le réchauffement de la planète devrait dépasser 1.5°C et même 2°C en fonction des efforts que nous ferons. Cela aura évidemment un impact sur notre climat : vague de chaleur, fortes précipitations,… Tous les pays du monde seront impactés par ces changements.**
  • Sachant que les répercussions sont plus intenses au plus la température augmente, il est important de tenter d’endiguer cette augmentation.***

Que pouvons-nous faire pour aider la planète ?

  • Limiter les émissions de CO2 et arriver à des émissions nettes de C02 nulles.
  • Réduire les émissions des autres gaz à effet de serre et, notamment, le méthane.

Ces efforts ne seront visibles qu’après une vingtaine d’années environ. Il est donc important de le faire sur le long terme et de revoir nos stratégies.

Le saviez-vous ? En 2023, aura lieu un bilan des objectifs de l’Accord de Paris. Conclu en 1995 par 195 pays, l’Accord de Paris jette des bases solides pour une politique internationale sur le climat.

Il vise, notamment à :

  • Maintenir le réchauffement climatique sous les 2°C et, idéalement, viser à limité l’augmentation de température à 1.5°C.
  • Transiter vers une société bas carbone, c’est-à-dire, diminuer les émissions mondiales de gaz à effet de serre pour arriver à une neutralité carbone durant la seconde moitié du 21e siècle.

Le rapport permettra donc d’analyser où nous nous situons par rapport à ces objectifs.

De plus, il permettra aussi d’évaluer les 17 Objectifs de Développement Durable (17 SDG’s) à atteindre d’ici 2030.

Chez Memoco, nous travaillons tous les jours pour aider nos clients à réduire leur consommation d’énergie et leurs émissions de CO2.

Le rapport du GIEC nous montre une fois de plus l’importance de cette mission et nous motive encore plus à continuer sur la voie de la transition énergétique.

Vous souhaitez de l’aide de votre transition ? Vous avez des projets que vous ne savez pas comment mettre en place ? Nous sommes là pour vous aider.

Plus d’information sur le rapport du GIEC ?

Graph: Human influence has warmed the climate at a rate that is unprecedented in at least 2000 years

*Comme on peut le voir dans le deuxième graphique, on a pu observer une hausse importante de la température ces dernières années. La simulation des scientifiques, sur base des causes naturelles uniquement, amènerait peu de changement au niveau de la température globale sur la terre.

Graph GIEC : Projected changes in extremes are larger in frequency and intensity with every additional increment of global warming

** Le GIEC projette également ce qu’un changement climatique de 1.5°C, 2°C et 4°C pourrait provoquer au niveau : des températures extrêmes, des fortes précipitations, des sécheresses agricoles et écologiques dans les régions sèches. Cela impactera évidemment la vie des habitants sur terre.

Graph GIEC: Annual mean precipitation change relative to 1850-1900

*** Plus la température augmente, plus nous allons passer dans des extrêmes. Au niveau des précipitations, on peut voir sur les simulations ci-dessous, que les zones sèches seront encore plus sèches et les zones humides seront encore plus humides.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email